Connect with us

CA.News

Negotiations with the public sector | Quebec offers 9% over five years and a lump sum

Published

on






(Québec) Le gouvernement Legault propose une hausse salariale paramétrique de 9 % sur cinq ans aux 600 000 employés du secteur public et parapublic. Il ajoute à l’offre un 2,5 % sur cinq ans pour les « priorités gouvernementales », ainsi qu’un montant forfaitaire de 1000 $.

La présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, a fait cette annonce jeudi. Elle dit vouloir assurer aux salariés des « conditions avantageuses, justes et équitables », tout en tenant compte de la « saine gestion des finances publiques ».

Il y a donc un gouffre qui sépare Québec et les syndicats. Avec l’inflation, les revenus de l’État en taxes et en impôts sont à la hausse, mais les syndicats du secteur public veulent aujourd’hui passer à la caisse. Le Front commun pour la ronde 2023 des négociations du secteur public demande une hausse salariale de 7 % sur trois ans, à laquelle il ajoute une compensation salariale équivalente à l’inflation. Si les prévisions de la Banque du Canada sont justes, cette augmentation totaliserait donc près de 23 %.

Et chaque point de pourcentage d’augmentation a un impact significatif sur le budget du gouvernement. En 2022-2023, la rémunération globale pour les employés du secteur public québécois était de 60 milliards, soit 56 % des dépenses de programme. Cela inclut le salaire de 800 000 employés syndiqués et cadres.

Lorsqu’on souligne à Mme LeBel que l’inflation a été très élevée 2021 et 2022 — l’argument utilisé par les syndicats — elle rétorque qu’elle « regarde vers l’avenir » et que son offre 2023-2027 suit les projections de l’inflation pour ces années futures.

Solutions concrètes

Chaque pourcentage d’augmentation équivaut approximativement à une hausse de budget de 600 millions pour les finances publiques, note le Conseil du trésor.

Le gouvernement Legault propose encore une fois une approche différenciée en favorisant certains corps d’emplois. Lors des dernières négociations, il a bonifié le salaire des enseignants, des infirmières et des préposés aux bénéficiaires.

Aujourd’hui, Mme LeBel a affirmé qu’elle a trois « axes prioritaires » : l’enseignement, la santé et la santé mentale. La présidente du Conseil du trésor veut une ronde de négociation qui propose des solutions concrètes qui vont permettre à la population d’avoir de meilleurs services publics.

Elle estime que les investissements du gouvernement Legault en santé et en éducation dans les dernières années n’ont pas eu « les effets attendus ». « La population […] still waiting for concrete results. It is time to seriously question what is not working,” she said.



Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *